Alep: l'opposition "modérée" bombarde un hôpital militaire russe avec la protection de l'Occident

 
Новости
6 декабря
20:34

Alep: l'opposition "modérée" bombarde un hôpital militaire russe avec la protection de l'Occident

La communauté internationale est en train de commettre un crime contre l'humanité et les structures comme l'ONU, la Croix Rouge en sont les complices.

Hier, l'opposition dite modérée a bombardé un hôpital militaire russe qui venait juste d'être installé à Alep, au moment où il allait recevoir les civils. Tirs très bien ciblés, les terroristes furent parfaitement informés du lieu et de l'heure. Deux médecins militaires russes sont morts, un est gravement blessé et plusieurs civils ont été touchés. Mais aucune condamnation de la communauté internationale qui se bat à l'ONU pour faire cesser les combats contre tous les combattants, y compris Al Nusra et Daesh

Alors que les terroristes reculent à Alep et commencent à perdre du terrain, certains groupes ont lancé une attaque sur l'hôpital militaire mobile que la Russie venait d'installer à Alep pour apporter les premiers soins aux civils sortant des griffes des groupes les tenant prisonniers à l'Est de la ville et des habitants de l'ouest tombant sous les bombardements terroristes.

Alors que les tentes venaient d'être dressées, que les médecins militaires étaient en place et que les premiers patients arrivaient - heureusement les bus étaient en retard et le gros des civils n'était par hasard pas sur place - le groupe Nureddin-an-Zinkin a bombardé très justement le lieu.

Attention, vidéo +18 ans.

https://youtu.be/LUKhfgZ6NF8

Résultat, 2 médecins militaires russes ont été tués, un sur le coup l'autre suite à ses blessures et un autre est entre la vie et la mort. L'on compte également des blessés civils, mais heureusement aucun mort, grâce au retard des bus devant les conduire sur place. Une heure et demi plus tard, un nouveau bombardement, mais l'évacuation s'est faite très rapidement. Les autorités russes promettent de réinstaller un hôpital dans une zone sécurisée.

La réaction de la communauté internationale est d'un cynisme ... sans surprise. La Croix rouge internationale ne trouve rien de mieux à dire que cela démontre l'impossibilité des parties à garantir la sécurité des médecins. Quant au Département d'Etat américain, ils condamnent évidemment toute attaque contre des hôpitaux, mais n'ont aucune information confirmant l'attaque de cet hôpital, en raison de la situation difficile sur le terrain.

Le porte-parole du ministère russe de la défense, lui, n'a pas mâché ses mots:

Le sang de nos militaires repose également sur les mains des commanditaires de cet assassinat. De ceux qui ont créé, fait grandir, armé ces animaux dans des peaux d'homme, les appelant, comme justification devant leur conscience et leur électorat - opposition. Oui oui, sur vous, Messieurs les protecteurs des terroristes, les Etats Unis, la Grande Bretagne, la France et autres organisations et pays sympathisants.

De son côté, la France était manifestement trop occupée à défendre ses intérêts en Syrie, pour réagir à ce qui n'est qu'un détail de l'histoire. Car pendant ce temps, à l'ONU, les grandes démocraties occidentales, la France en tête, soutenaient à bout de bras et à court d'arguments une résolution du Conseil de sécurité sur Alep présentée par l'Egypte, la Nouvelle Zélande et l'Espagne devant permettre l'arrêt immédiat des combats à Alep pendant 10 jours. De tous les combats, c'est-à-dire aussi et surtout contre Al Nusra et Daesh, puisque les groupes de cette merveilleuse "opposition modérée" qui s'y trouvent sont évidemment affiliés à l'un ou à l'autre, autant qu'il puisse y avoir une différence dans les faits. La Russie et la Chine ont opposé un véto: il n'y a aucun sens humanitaire à permettre aux groupes terroristes de se reconstituer et reprendre des forces, récupérer des armes, alors qu'ils sont à bout de souffle.

Manifestement, le sort des groupes terroristes inquiètent beaucoup plus cet étrange Occident, dans lequel il devient difficile de se reconnaître, que la vie des civils. Et le soutien qui est apporté à ces groupes qui commettent des crimes sans nom contre les civils, les enfants, les femmes, égorgeant, violant, les mettant enceinte de force, ces crimes commis contre l'homme parce qu'il est homme et non animal. L'Occident se rend coupable, de soutenir, protéger, favoriser la commission de crimes contre l'humanité.  

Karine Bechet-Golovko

Source

Последние публикации

Популярный статьи

Яндекс.Метрика