(REPORTAGE PHOTOS) Adieu, colonel Givi.

 
Новости
12 февраля
14:05

(REPORTAGE PHOTOS) Adieu, colonel Givi.

Ce vendredi, le 10 février 2015, 55 000 personnes sont venus rendre le dernier hommage au héros de Donetsk, le colonel Mikhaïl Tolstykh, connu au monde entier sous son nom de guerre "Givi". Un chef de guerre qui depuis les premiers combats de 2014 avait fondé son style de commandement sur une exemplarité individuelle dont le courage s'appelait souvent témérité !

Aux premières heures de la matinée, une foule ininterrompue est venue silencieusement saluer la dépouille mortelle de "Givi" dans les rues vides de circulation et au rythme des claquements des drapeaux en berne qui ornent une ville recueillie dans la peine et l'hommage.

[gallery link="file" columns="2" size="large" ids="160458,160456,160457,160459,160460,160452,160455,160451,160453,160454"]

Malgré le froid et les récents bombardements qui ont meurtri le coeur de la cité quelques jours auparavant, la population a décidé d'honorer son soldat lâchement assassiné par des sbires de Porochenko et d'envoyer un message encore plus fort au Monde entier pour lui montrer que Donetsk est plus que jamais une ville rebelle et forte refusant de se mettre à genoux.

[gallery link="file" columns="2" size="large" ids="161416,161417,161418,161419,161420,161421,161422,161423,161424,161425"]

A partir de 11h30, venant de toutes les rues cardinales, des dizaines de milliers de femmes et d'hommes, convergent vers la place du théâtre où l'obusier tracté attend de recevoir le cercueil du soldat pour son dernier voyage.

A l'intérieur entourée d'une garde d'Honneur impeccable chamarrée d'or et d'argent, la population du Donbass dans une colonne interminable et silencieuse vient s'incliner une dernière fois devant le cercueil recouvert de l'aigle bicéphale républicain.

[gallery link="file" columns="2" size="full" ids="160465,160466,160467,160468,160469,160470"]

Toutes les personnalités de la jeune République sont venu rendre leur dernier hommage au colonel Givi. En dehors du président Zakhartchenko, il faut cite le commandant en second Bassourine, le chef de l'état-major Kononov, le célèbre sniper serbe Deki, revenu dans le Donbass à la reprise des hostilités à qui Givi a sauvé la vie à deux reprises, les journalistes des médias fédéraux russes, l'ex-ministre des affaires étrangères Kofman...

[gallery link="file" columns="2" size="large" ids="160471,160472,160475,160473,160476,160474"]

Tous les frères d'armes du colonel Givi ont également été là.

[gallery link="file" columns="2" size="large" ids="160484,160478,160482,160485,160477,160479,160480,160483,160486,160481,160487,160488,160489,160490"]

12h00, au son d'une marche funèbre jouée par une fanfare militaire, la dépouille du héros sort lentement du bâtiment, se frayant un chemin au milieu d'une foule compacte hérissée de centaines de drapeaux qui accueille son cercueil comme un océan porte un bateau faisant cap vers l'île d'Avalon...

Aussitôt, comme propulsés par une corde émotionnelle trop tendue qui ne peut plus retenir les cris des coeurs rassemblés, fusent de toutes parts des "Spassiba !" (merci) des "Givi !" des "Gloire au héros du Donbass !" ou "Nous n'oublierons jamais, nous ne pardonnerons jamais !", repris à l'unisson par un peuple blessé, mais plus que jamais debout et uni au milieu de la tempête.

[gallery link="file" columns="2" size="large" ids="160497,160495,160494,160498,160499,160500,160501,160502,160503,160504,160505,160496,160506,160507,160508,160509,160493,160492"]

L'émotion grandissante est à ce moment là de plus en plus palpable, faisant oublier le froid glacial qui mord les doigts engourdis, tandis que les larmes dans la foule brillent sur les visages graves du Donbass soulignant des regards déterminés.

Quelques minutes plus tard s'ébranle sur l'avenue principale de Donetsk cette immensité humaine qui accompagne le héros "Givi" vers son immortalité.

Trois mois après que 50 000 personnes soient venues saluer le départ de "Motorola", le chef charismatique du bataillon "Sparta", une foule identique est venue confirmer la popularité et le soutien aux héros de la rébellion du Donbass, et il sera difficile cette fois encore pour les propagandistes occidentaux de prétendre que Donetsk est une ville désertée où ne subsistent que quelques habitants pris en otage par des séparatistes pro-russes immoraux et violents.

Car ce peuple de Novorossiya, noble et humble à la fois, nous montre qu'ici, sur cette terre noire rougie par les combats de l'Histoire, le souvenir des morts est plus qu'ailleurs la force invaincue des vivants !

Texte Erwan Castel, volontaire en Novorossiya

Photos Svetlana Kissileva

Последние публикации

Популярный статьи

Яндекс.Метрика